Que faire en cas de perte de données, de hack ou de crash de votre site internet ? Restaurer à partir d'une sauvegarde récente n'est possible que si vous avez un backup externe. Sinon, il est toujours temps d'en mettre un en place…

Cet article prend 6 minutes à lire et comporte 1488 mots.

Les événe­ments de ce 10 mars 2021 ont dure­ment touché l’in­ter­net fran­çais : l’in­cen­die du data­cen­ter SBG2 OVH à fait perdre, tempo­rai­re­ment ou défi­ni­ti­ve­ment, de précieuses données et des milliers, pour ne pas dire des millions d’uti­li­sa­teurs des services d’OVHcloud – enfin, à ceux qui n’avaient pas pensé à effec­tuer un backup régu­lier chez un autre prestataire.

Vous n’avez pas été touché ? Tant mieux pour vous. Mais, pour reprendre la décla­ra­tion d’un expert en sécurité :

There are two kinds of people in the world – those who have had a hard drive failure, and those who will.

Peter Krogh

Traduction pour ceux qui ne sont pas à l’aise en anglais :

« Il existe deux types de personnes dans le monde : celles qui ont déjà subi une défaillance de disque dur, et celles qui en connaî­tront une dans le futur. »

Défaillance de disque dur – de stockage donc – condui­sant à la perte de la tota­lité des données. Défaillance tech­nique, quelle qu’en soit la raison (inon­da­tion, incen­die, secousse sismique…), mais pas unique­ment : un jour­na­liste a perdu toutes ses données numé­riques suite à des failles de sécu­rité d’Apple et d’Amazon. Ces failles ont permis à des hackeurs de récu­pé­rer suffi­sam­ment de données person­nelles pour obte­nir les accès à ses comptes Gmail, Twitter et AppleID. Un acte gratuit, pour poster des messages racistes et homo­phobes sur son compte Twitter.

D’où l’im­por­tance d’une sauve­garde externe régu­lière et même d’un plan de reprise d’ac­ti­vité, indis­pen­sable pour une entreprise.

Et pour­tant, la plupart des entre­prises ne prend pas au sérieux la sauve­garde de ses données. Et quand il y a eu perte, nombre d’entre elles ne pensent pas non plus à en infor­mer les utili­sa­teurs de leur plate­forme, alors que c’est une obli­ga­tion légale.

Pourquoi ? C’est tout d’abord une ques­tion de culture. Nous accor­dons un peu trop faci­le­ment notre confiance aux géants du web. Et ce n’est pas une vulgaire panne telle que celle rencon­trée en 2017 avec un blackout d’une jour­née, ni même les incen­dies de mars 2021 qui vont enta­mer dura­ble­ment le capi­tal confiance dont jouit l’hébergeur.

Sauf bien sûr pour les personnes impac­tées, qui vont avoir du mal à renou­ve­ler leur confiance en un pres­ta­taire de services défaillant.

C’est aussi une ques­tion d’idée fausses. La première concerne…

Le coût de l’espace dans le cloud

La sauve­garde des données est (enfin) abor­dable pour tous, avec bien évidem­ment des varia­tions expo­nen­tielles en fonc­tion des offres. Le prix du Go peut varier de 0,00418 € à 0,018 € par mois pour les données télé­ver­sées et stockées, et de 0 à 0,85 € par Go télé­chargé. On peut ainsi aller de 60 à 250 € pour un an pour des pres­ta­tions iden­tiques en termes de volume.

Le prix du téra­oc­tet a consi­dé­ra­ble­ment baissé, suffi­sam­ment pour que vous puis­siez effec­tuer des sauve­gardes régu­lières sans vous soucier de la facture en fin de mois. en prenant une base de un téra­oc­tet (1 000 Go) chez Ionos par exemple, vous payez 6€ TTC par mois (hors promotion).

En admet­tant que vous effec­tuez une sauve­garde toutes les 6 heures, pour 500 Mo de données, vous pouvez stocker quasi­ment une année entière de backups sans avoir à faire le ménage !

Autrement dit, si vous stockez sur les 90 derniers jours, ce qui est dans la plupart des cas plus que suffi­sant, vous pouvez stocker des archives de 2,5 Go… ce qui est assez consé­quent – la plupart des sites n’at­teignent pas le giga­oc­tet sur une archive complète.

Autre idée précon­çue, ce n’est pas simple à mettre en œuvre. Je vous l’ac­corde, c’est habi­tuel­le­ment moins simple que de se tirer un verre d’eau au robi­net… mais ça reste du domaine du faisable sans avoir un diplôme d’in­gé­nieur en poche. 

Et il y a des exten­sions qui vous faci­litent la tâche. J’en ai rete­nues trois, nous les décou­vrons ci-dessous…

Les extensions pour sauvegarder votre site dans le cloud

Ce ne sont pas les exten­sions de backup qui manquent dans le dépôt WordPress, mais toutes ne se valent pas. Entre celles qui ne sont plus vrai­ment mises à jour, celles qui vous promettent monts et merveilles et ne font pas grand chose au final, et celles qui ne vous proposent que le mini­mum syndi­cal en version gratuite, et pas beau­coup plus en version payante… bien heureu­se­ment il y a aussi des perles, j’en ai déni­ché et les voici :

Backup, Restore and Migrate WordPress Sites With the XCloner Plugin

Sans hési­ter, l’ex­ten­sion à instal­ler les yeux fermés si vous n’êtes pas passé à PHP 8, que l’ex­ten­sion supporte plutôt mal. 100% gratuite, simple, ergo­no­mique, fiable, multi proto­co­lée, elle à tout d’une grande. Vous voulez du backup local, trans­féré via WebDAV, FTP, SFTP, sur Google Drive, en mode Amazon S3 (l’ori­gi­nal ou chez des pres­ta­taires suppor­tant le proto­cole S3 tels que BackBlaze ou Wasabi), sur OneDrive – tous les mois, toutes les semaines, tous les jours et jusqu’à toutes les heures, ou déclen­ché manuel­le­ment… deman­dez, XCloner vous exauce !

Espaces de stockage des backups
Espaces de stockage des backups

Comme vous pouvez le voir, j’ai testé suffi­sam­ment de loca­li­sa­tions pour pouvoir véri­fier les capa­ci­tés de l’ex­ten­sion. OneDrive ne permet pas de s’en­re­gis­trer avec un espace person­nel, or je n’ai pas d’es­pace pro sur la plate­forme Microsoft. J’ai par contre testé avec succès Google Drive, pour lequel un add-on gratuit est dispo­nible dans le dépôt WordPress, un proto­cole S3, Backblaze, et WebDAV avec HiDrive, l’es­pace cloud de chez Ionos. Testé, et approuvé. Je n’ai pas véri­fié les proto­coles de base (local, ftp, sftp) qui ne doivent jamais poser problème, ni Dropbox qui est hors de prix comparé à Google Drive ou aux autres solu­tions disponibles.

Je vous présen­te­rai l’ex­ten­sion dans un article à part, histoire de vous expli­quer plus en détail son fonctionnement.

Backup and Staging by WP Time Capsule

WP Time Capsule produit vos sauve­gardes en local dans votre espace d’hé­ber­ge­ment mais stocke certaines données sur ses propres serveurs. Il serait de bon aloi qu’ils en aient une copie ailleurs dans le cloud 😉

Console déportée WP Time Capsule
Console dépor­tée WP Time Capsule

Le premier point fort de cette exten­sion, c’est sa capa­cité de sauve­garde incré­men­tale en temps réel. Vous effec­tuez une mise à jour sur votre site, hop, un backup est initié.

Un second point fort, lié au stockage de certaines données sur leurs serveurs, c’est la possi­bi­lité de restau­rer sur un serveur neuf en cas de crash complet. Intéressant dans le cas d’un sinistre, par exemple.

Cette solu­tion a un inté­rêt majeur si vous avez, par exemple, un site de e‑commerce ou avec prise de rendez-vous. Toute votre acti­vité est en lieu sûr, vous redé­mar­rez là où vous vous étiez arrê­tés, sans la moindre perte de donnée.

Ces fonc­tion­na­li­tés ont un coût, il est de 49 € par an pour deux sites maximum.

Backup & Migration – WPvivid Backup and Migration Plugin

La version gratuite de WPvivid n’ap­porte rien en termes de fonc­tion­na­li­tés par rapport à XCloner, je dirais même qu’elle ne la vaut pas. Dans sa version payante par contre, sans être aussi perfor­mante que WP Time Capsule, elle apporte son lot de petits plus qui en font un chal­len­ger sérieux. C’est donc de la version payante que nous allons parler.

Premier inté­rêt, la sauve­garde incré­men­tale. On ne sauve­garde que les données qui ont changé depuis la sauve­garde précé­dente, le poids est donc large­ment moindre, l’es­pace disque est opti­misé.

WPvivid - Backup incrémental
WPvivid – Backup incrémental

Second point inté­res­sant pour certains par rapport à WP Time Capsule, il n’y a pas de données conser­vées en dehors du site et de l’es­pace de stockage dans le cloud. L’intermédiaire est supprimé.

Pour ce qui est du prix à payer, il est de 49 € par an, comme pour WP Time Capsule, mais c’est trois sites dont vous pour­rez sécu­ri­ser les données avec cette licence.

Calcul du coût total et bilan

Vous vous en êtes aper­çus au fil de l’ar­ticle, les tarifs ne sont pas cauchemardesques.

Une exten­sion gratuite ou une payante à 49 €, 200 Go sur Google Drive pour 30 € par an, ou 1000 chez Ionos pour 72 € à l’an­née… on est entre 30 et 121 €. Comparé à ce que vous perdriez en cas de corrup­tion des données, de hacking, d’at­taque par un ransom­ware, de sinistre… la tran­quillité a un prix, c’est certain, mais il est à la portée de toutes les bourses.

Et si vous avez un VPS ou un serveur géré via Plesk ou cPanel, vous avez égale­ment d’autres options dispo­nibles pour faire une sauve­garde complète de votre serveur. Mais là, on sort du cadre défini, savoir la sauve­garde dans WordPress.

En conclu­sion, que dire ? Que bien sûr, on ne va pas jeter la pierre à ceux qui ont par igno­rance perdu leurs données lors d’un inci­dent, quelle qu’en soit la cause – une mauvaise manip suffit à tout casser, sans même qu’il y ait eu inten­tion de nuire. Mais à comp­ter d’au­jourd’­hui, vous n’au­rez plus d’ex­cuse si vous perdez vos données parce que vous n’avez pas voulu prendre le temps de confi­gu­rer une solu­tion de sauve­garde externe, ou parce que vous avez lésiné sur les moyens.

Et vous, avez-vous mis en place une sauve­garde dans le cloud ? Quelle solu­tion avez-vous retenue ?

Certains liens de cet article sont des liens affi­liés ; c’est à dire que si vous ache­tez en suivant un des liens de cet article, vous ne paie­rez pas plus cher, et moi je touche­rai éven­tuel­le­ment une petite commission.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en infor­mer en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Charlie Laubin
22 mars 2021 0 h 14 min

Sympa comme article Pascal !

De mon côté j’uti­lise Duplicator Pro (version à vie) et je fais 1 sauve­garde par semaine sur chacun des sites de mes clients direc­te­ment sur mon Dropbox (abon­ne­ment payant de 11.99€/mois, d’ailleurs tu viens de me faire voir que je pouvais passer à 9.99€/mois si je prends l’abon­ne­ment annuel une chose à faire prochai­ne­ment) pour 2 To de stockage.

Sinon à côté je fais égale­ment une sauve­garde avec Updraftplus égale­ment sur Dropbox pour si jamais l’une n’a pas fonc­tionné pour je ne sais quelle raison.

Enfin à chaque livrai­son de site je fais une sauve­garde en local que je garde sur mon pc ou sur un disque de sauve­garde au cas où.

En plus d’avoir les sauve­gardes auto­ma­tiques de mon héber­geur que je connais très peu d’ailleurs le souci d’OVH m’a fait prendre conscience qu’il fallait que je regarde ça de plus près pour comprendre ce que mon héber­geur me sauve­garde et voir s’il faut pas que je para­mètre ça pour avoir une bonne sauvegarde.

Last edited 4 mois il y a by Charlie Laubin
Charlie Laubin
Reply to  Pascal CESCATO
22 mars 2021 9 h 18 min

Je confirme que UpdraftPlus n’est pas « facile d’uti­li­sa­tion » en ce qui concerne les restau­ra­tion, tu me conseille­rais lequel des 3 plugins présen­tés dans cet article pour le rempla­cer en gratuit ?

Abonnez-vous à la
newsletter

Pour être informé à chaque fois qu'un nouvel article est publié.

Merci !

Quelque chose s'est mal passé…

Retour haut de page

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :

Les cookies que nous utilisons sont indispensables au bon fonctionnement de ce site. Il n'y a aucun pistage publicitaire et les données statistiques recueillies sont anonymisées.
J'ai compris
Privacy Policy