Conseils et idées pour lancer et réussir votre projet 365

Cet article prend 9 minutes à lire et comporte 2141 mots.

Une photo vaut mieux que mille mots. Que dire alors de 52 photos, ou de 365 ? Prendre une photo, chaque semaine ou chaque jour, c'est le challenge des projets 52 et 365. Prêt à relever le défi ? Alors lançons-nous !

La première ques­tion qui vient à l’es­prit quand on parle des projets 52 ou 365, c’est « pour­quoi se lancer dans un tel projet ? » – et il n’y a pas une réponse toute faite.

Plusieurs raisons peuvent vous mener à déci­der de prendre une photo à inter­valle régu­lier, que ce soit l’en­vie de progres­ser en photo, la prépa­ra­tion d’un événe­ment prévu long­temps à l’avance, le besoin de lais­ser une trace… il y a mille et une raisons, mais la bonne raison, pour vous, c’est celle qui vous a décidé.

Et votre projet ne sera peut-être pas sur 52 semaines (ou sur 365 jours) si l’évé­ne­ment survient avant (une nais­sance ou un mariage par exemple, mais vous pouvez aussi captu­rer l’avant et l’après). Même s’il porte un autre nom, le prin­cipe reste le même, et les conseils que vous trou­ve­rez dans cet articles sont tout autant appli­cables.

Il y a un point essen­tiel à consi­dé­rer avant de se lancer dans un projet photo, quels que soient le thème, la durée ou la pério­di­cité, il s’agit de

LA MOTIVATION

Si vous ne vous sentez pas motivé, inutile de vous lancer dans une routine qui va rapi­de­ment vous paraître lourde et fasti­dieuse.

Et même si nous nous foca­li­se­rons sur la photo, ce n’est pas le seul domaine où l’on peut se livrer à cet exer­cice : votre projet 365 pour­rait être un jour, un plat, ou une semaine, une histoire. Pour le parta­ger, il y aurait proba­ble­ment une photo d’ailleurs. C’est une autre manière de voir son projet 52 / 365, qui peut vous moti­ver plus que la simple prise de vue.

Si vous hési­tez, prenez du temps pour vous, prenez des photos aussi – à tant que faire – partagez-les, créez votre photo­blog, et prenez surtout le temps de la réflexion. Et quand vous vous senti­rez prêt[e], lancez-vous !

La moti­va­tion est indis­pen­sable, mais elle n’est pas la raison de votre projet. Alors…

Pourquoi se lancer dans un projet 52 / 365

Je le disais en intro­duc­tion, il y a mille et une raisons… mais la bonne, c’est celle qui vous a décidé. Celle qui va vous déci­der. Il y en a peut-être plusieurs même.

J’en liste quelques unes, en fait celles qui reviennent le plus souvent quand on demande à ceux qui ont déjà mené à bien ce type de projet.

Et si vous avez trouvé une autre moti­va­tion, n’hé­si­tez pas à parta­ger dans les commen­taires – votre raison, votre expé­rience person­nelle en moti­ve­ront proba­ble­ment d’autres.

Pour prendre du temps pour soi

Métro, boulot, dodo… Alors ne serait-ce que le temps d’un cliché, et de quelques notes sur ce cliché, vous oubliez tout autour de vous. Cet instant, c’est le vôtre, c’est pour votre projet. Vous vous le réser­vez. Vous le savou­rez.

Pour booster votre créativité

Des photo­gra­phies, vous en avez déjà pris. Quelques dizaines, des centaines, voire de milliers. Sur tout et n’im­porte quoi. Peut-être même que vous êtes un profes­sion­nel de l’image. Mais quel que soit votre profil, vous voulez explo­rer d’autres hori­zons, tenter autre chose.

Pour se fixer un objectif et le tenir

Se fixer un objec­tif vous « oblige » à prendre une photo chaque jour, chaque semaine. Au moins une. Vous pouvez en prendre plus, et en choi­sir une qui sera celle de votre projet.

À mettre en avant sur un CV, pour montrer à un recru­teur que l’on est créa­tif, que l’on aime rele­ver un défi, et qu’on sait tenir ses objec­tifs.

Pour garder une trace du quotidien

Le temps passe et dans un an, dans deux ans, dans (très) long­temps, vous revien­drez avec plai­sir consul­ter votre album.

À partir de votre projet 52 ou 365, vous pour­rez sortir un album « papier » de vos meilleures photos, pour vous, pour ceux qui ont parti­cipé au projet, et pour vos plus grands fans.

Vous avez trouvé au moins une bonne raison de vous lancer ? Il reste encore quelques étapes…

Avant de lancer votre projet 52 / 365

Avant de démar­rer votre projet, prenez le temps de poser votre réflexion, inutile de foncer tête bais­sée.

Décidez de votre fréquence

Ne vous impo­sez pas une fréquence que vous ne pour­rez pas tenir. Mieux vaut choi­sir un thème 52, si vous ne vous voyez pas prendre une photo chaque jour, pendant 365 jours, que d’aban­don­ner en cours de route.

Mais vous pouvez aussi déci­der d’un rythme inter­mé­diaire, ou d’une varia­tion : un projet 364/52, à publier 7 photos toutes les semaines pendant un an par exemple.

Choisissez un thème général

À moins d’avoir un thème en tête (bébé arrive, on construit la maison de nos rêves, Juliette veut bien de moi comme Roméo…), il va falloir défi­nir un thème global, pour assu­rer une certaine cohé­rence à votre projet.

Choisissez de préfé­rence un thème suffi­sam­ment ciblé, mais sans trop. Les fenêtres bleues en rez-de chaus­sée rue Montmartre… pas sûr que vous en tiriez ne serait-ce que 52 photos !

La nature dans le Vercors, par exemple. Ou les rues de Paris. Ou, vous pouvez même photo­gra­phier le même sujet, pendant 365 jours d’af­fi­lée – avec une lumière, un angle, un envi­ron­ne­ment, un maté­riel diffé­rent. Exercice de style plus diffi­cile mais qu’un photo­graphe chevronné peut trai­ter avec brio.

Et dans le thème géné­ral, défi­nis­sez un thème pour chaque période : la semaine, le mois, le trimestre… à vous de voir la pério­di­cité qui vous convient. Tookapic par exemple propose un thème hebdo­ma­daire : Tookapic Weekly theme. Une bonne idée à rete­nir de ce site spécia­lisé dans les projets 365.

Vous pouvez aussi choi­sir 52 thèmes, un par semaine, ou 7 thèmes que vous repren­drez chaque jour de chaque semaine. Les possi­bi­li­tés sont infi­nies – la seule limite, c’est votre imagi­na­tion.

Une fois que vous avez choisi le thème…

Définissez votre stratégie

Un projet photo sera partagé – entre proches, entre amis, avec le reste et l’en­semble du monde. Via Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram, Flickr ou unique­ment sur votre site web, éven­tuel­le­ment privé et réservé à un cercle restreint.

Une fois la cible choi­sie, parlez-en ; autour de vous si le projet est « privé », sur votre site web, sur les réseaux sociaux, diffu­sez l’in­for­ma­tion le plus large­ment possible. Intégrez un lien vers votre projet dans votre signa­ture email.

Si vous vous déci­dez pour un photo­blog, vous trou­ve­rez tous les conseils néces­saire sur ce blog.

Un projet a bien plus de chances de réus­site s’il est partagé et s’il emporte l’adhé­sion

Choisissez votre matériel photographique

Vais-je prendre des photos avec mon smart­phone, avec un compact, un reflex ?

Tout dépend de votre équi­pe­ment actuel, du sujet choisi, et de votre budget.

Les smart­phones dernière géné­ra­tion ont une réso­lu­tion suffi­sante pour sortir des photos exploi­tables sur le web. Ils montrent par contre leurs limites en cas de faible lumi­no­sité ou sur la macro-photo. La photo ci-dessous par exemple a été prise avec un smart­phone (pas tout récent, le Moto G 1ière géné­ra­tion, de Motorola).

Photographie avec smart­phone (Motorola XT1032)

En taille origi­nale (2592 x 1496px), la défi­ni­tion n’est pas au top, mais la photo reste exploi­table jusqu’à 1280px voire 1650px. Ici avec une largeur de 1150px (sur un écran de type ordi­na­teur de bureau / desk­top), la défi­ni­tion est plus que satis­fai­sante.

Mais un appa­reil photo, même compact, fera mieux, c’est certain. Ci-dessous un accor­déon photo­gra­phié avec un Nikon S32. Le S32 n’est plus commer­cia­lisé, mais son succes­seur est vendu envi­ron 115 € TTC.

Accordéon photo­gra­phié avec un compact (Nikon S32)

Une taille origi­nale de 4160 x 3120px (quasi­ment le double) un objec­tif dédié (même basique), un algo­rithme plus puis­sant font toute la diffé­rence. Pas avec une largeur de 739px, mais dès que l’on veut affi­cher sa photo en plein écran. Avec un thème tel  que Photex ou que Timber, inves­tir dans un appa­reil photo dédié prend du sens.

Sans cher­cher à prendre un compact haut de gamme tel que le Fujifilm X30 (qui vous permet­tra des phots magni­fiques, c’est vrai), il y a des appa­reils photo numé­riques de bonne facture à prix raison­nable, un peu plus évolués que le S33 : le Canon Ixus 110 IS vaut envi­ron 110 € TTC, le Panasonic DMC-XS1EG‑W ne dépasse pas les 150 € TTC. 

Ci-dessous trois photos, une pour chacun de ces trois appa­reils photos, sur le même thème :

Les trois ressortent bien, jusqu’à la pleine réso­lu­tion, et même si on trouve effec­ti­ve­ment plus de finesse dans les détails,  en montant en gamme, les trois ont un excellent rendu en plein écran (en 1680 x 1050px).

Ces appa­reils photo ne sont actuel­le­ment plus commer­cia­li­sés, mais on peut en rete­nir le prix approxi­ma­tif : de 100 € envi­ron pour un entrée de gamme à 150 € et plus pour un plus évolué, avec une meilleure défi­ni­tion et éven­tuel­le­ment plus de fonc­tion­na­li­tés.

Et même si vous êtes déjà équipé d’un appa­reil photo numé­rique, ce sera peut-être l’oc­ca­sion de renou­ve­ler votre maté­riel, ou d’in­ves­tir dans un compact pour avoir un deuxième appa­reil plus facile à empor­ter en toutes circons­tances.

Pour les incon­di­tion­nels de l’ar­gen­tique ou de l’ins­tan­tané (Polaroid et Fuji produisent toujours des appa­reils photo instan­ta­nés dont un format « wide »), vous pouvez soit scan­ner vos tirages, soit deman­der direc­te­ment un tirage numé­rique, si votre labo photo propose cette option.

D’ailleurs, pour­quoi ne pas « inves­tir » dans argen­tique chiné aux puces, dans une brocante ou dans une boutique photo ? L’ancien a son charme, et pour faire ses armes, rien ne vaut un bon vieux réflex avec son 50mm ! Mais atten­tion ! Le déve­lop­pe­ment de vos photos est à inté­grer dans votre budget, de l’ordre de 15 à 20 € par pelli­cule de 24 photos au format 24x36.

Quel que soit votre choix, ne vous encom­brez pas inuti­le­ment ! Et n’ou­bliez pas : les plus grands photo­graphes du XXe siècle avaient des appa­reils photos tout simples, et pour­tant, ils ont pris des photos magni­fiques !

Derniers conseils

Ayez toujours votre appareil photo avec vous

Bon, si vous avez décidé de photo­gra­phier avec votre smart­phone c’est plus simple. Mais sinon, ayez le réflexe de prendre votre appa­reil photo en toute circons­tance – d’où l’in­té­rêt de s’équi­per léger !

Ne remettez pas vos photos à plus tard

Si vous avez une idée de photo, si vous saisis­sez un moment parti­cu­lier, ne le ratez pas ! Dans cinq minutes, il n’y aura peut-être ps la même lumi­no­sité, le sujet aura bougé ou disparu… alors shoo­tez, aussi souvent que vous le pouvez !

Sortez de votre zone de confort

Innovez ! Changez vos habi­tudes, choi­sis­sez un thème qui sort de votre routine quoti­dienne – ou qui vous sorte de cette routine – prenez des risques… surtout que vous ne risquez pas grand chose – dans le pire des cas une photo ratée, mais tout aussi bien vous allez avoir LA photo de l’an­née.

Prenez des notes

Avant de prendre une photo, si vous avez eu une idée : vous compa­re­rez l’idée et la photo que vous avez prise.

Sur le moment où vous avez pris la photo, sur l’am­biance, sur les para­mètres tech­niques, les contraintes éven­tuelles.

Prenez ces notes aussi rapi­de­ment que possible après la prise de vue – vous avez « photo­gra­phié » des détails vous oublie­rez ensuite, et d’autres vien­dront alors, qu’il faudra tout autant noter ! 

Et n’ou­bliez pas d’illus­trer votre photo, avec quelques mots, une phrase ou même un article. Un blog photo, un projet 52 / 365 ne se résume pas à une longue gale­rie de photos !

Publiez vos photos régulièrement

Pour un projet 365, le rythme de publi­ca­tion, c’est une photo par jour – à publier idéa­le­ment le jour même, vous serez d’au­tant plus motivé pour tenir le rythme tout au long de l’an­née.

Pour un projet 52, choi­sis­sez un jour de publi­ca­tion et tenez-vous‑y autant que possible.

N’espacez pas outre mesure vos publi­ca­tions, vous ne susci­te­riez pas autant d’in­té­rêt de la part de vos lecteurs, une fréquence de quoti­dienne à hebdo­ma­daire est un bon rythme.

Vos lecteurs vont vite prendre l’ha­bi­tude, si vous n’êtes pas régu­lier, ils se lasse­ront vite – plus vite encore qu’ils n’avaient pris l’ha­bi­tude.

Des idées de thèmes

Une liste non exhaus­tive de projets si vous êtes en manque d’ins­pi­ra­tion :

  • toutes mes photos en noir et blanc, en infra­rouge, sépia
  • toutes mes photos en plan verti­cal
  • un jour, un portrait
  • les plaques des noms de rues
  • tous les jours une photo d’un même endroit
  • une semaine, une couleur
  • un jour de la semaine, un sujet (7 sujets répé­tés 52 fois)
  • les instru­ments de musique
  • la tasse de café du matin (ou de midi, ou du soir)
  • un jour, un plat (que vous aurez cuisiné, bien entendu)
  • votre bureau (toujours à la même heure)
  • un jour, une fleur ou une plante
  • un jour, un animal (365 chats, chiens, oiseaux… ou un mix de 365 animaux)

Vous en trou­ve­rez d’autres, j’en suis certain – je l’ai déjà dit je le répète, la seule limite, c’est votre imagi­na­tion !

En résumé

Réaliser un projet 52 (ou 365) est un exer­cice qui permet d’ap­prendre et de progres­ser. En photo, en rédac­tion, en présen­ta­tion.

Il y a des contraintes, de prise de vue, de publi­ca­tion, de régu­la­rité, mais au bout du compte, quelle fierté que d’avoir mené le projet à terme !

Et ce projet peut aussi vous servir de trem­plin pour un projet plus ambi­tieux, que vous réali­se­rez en paral­lèle ou après avoir dressé le bilan de celui-ci.

Et vous, avez-vous tenté un projet 52, 365 ou tout autre projet photo ? Quel est votre bilan person­nel ? Si vous avez réalisé un tel projet, ou si vous en avez un en cours, partagez-le via les commen­taires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la
newsletter

Pour être informé à chaque fois que je publie un nouvel article.

Merci !

Quelque chose c'est mal passé…

Retour haut de page

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :