OceanWP, Elementor et Gutenberg - un trio de choc

Cet article prend 15 minutes à lire et comporte 3565 mots.

Quel que soit votre projet (portfolio, blog, site d'entreprise…), OceanWP est un challenger à ne pas écarter. Couplé à Elementor et à Gutenberg, son potentiel est quasi illimité. L'avez-vous essayé ?

Si les twen­ties (Twenty Nineteen / Seventeen / Sixteen / Fifteen) sont les leaders incon­tes­tés des thèmes WordPress toutes caté­go­ries confon­dues (de 500 000 à plusieurs millions d’ins­tal­la­tions actives chacun), OceanWP ne démé­rite pas en habillant plus de 300 000 sites et blogs.

Quelque part en fin d’ar­ticle, je vous donne un code de réduc­tion perma­nente de 25% sur le pack d’ex­ten­sions payantes (Core Bundle). Soyez atten­tifs !

On peut le dire, ce thème fait figure d’ex­cep­tion dans les thèmes gratuits propo­sés dans le dépôt WordPress : outre sa capa­cité d’adap­ta­tion à tout type de projet et surtout son empreinte ultra légère, il propose une multi­tude d’op­tions qui vous permettent de créer un site doté de sa propre person­na­lité, en un mini­mum de temps, sans même débour­ser un centime, et sans (trop) mettre les mains dans le cambouis.

Comment ? Grâce à son support d’Elementor, et de la plupart des construc­teurs de pages phares, tels que WPBakery Page Builder, Site Origin, Beaver Builder, Thrive Architect, Divi Builder ou l’un des tous derniers, Brizy. Ces construc­teurs de page existent en version gratuite, à l’ex­cep­tion de WPBakery Page Builder, de Divi Builder et de Thrive Architect.

Mais dans cet article, nous nous foca­li­se­rons sur l’uti­li­sa­tion d’Elementor, pour deux raisons :

  • pour moins de 10$, vous pouvez acqué­rir l’ex­ten­sion Elementor Widgets qui comprend plus de 50 blocs utili­sables dans vos pages et même dans vos articles via l’ex­ten­sion (gratuite) Elementor Blocks for Gutenberg que vous trou­ve­rez dans le dépôt WordPress
  • le but de cet article n’est pas de déter­mi­ner quel est le meilleur construc­teur de page : mission impos­sible, chacun a ses points forts et ses points faibles, et celui qui convient à votre projet ne convien­dra pas forcé­ment à un autre projet

Vous pouvez aussi acqué­rir l’en­semble des exten­sions premium d’OceanWP pour 39$, mais tout dépend de vos besoins, person­nel­le­ment je n’ai pas eu besoin de ces exten­sions sur les projets que j’ai réali­sés avec ce thème.

Mais commen­çons par la décou­verte du thème lui-même…

OceanWP, le thème gratuit configurable à l’envi

Thème OceanWP pour WordPress

La plupart des thèmes gratuits que vous trou­ve­rez dans le dépôt WordPress offrent des possi­bi­li­tés très limi­tées de person­na­li­sa­tion, quand elles ne sont pas tout simple­ment inexis­tantes – je ne compte plus les thèmes qui vous brident jusque dans l’uti­li­sa­tion d’un logo ou qui ne permettent pas de régler la taille des carac­tères 🙁 ne vous lais­sant pas d’autre choix que de passer à la version payante pour vous lais­ser accé­der à ces réglages. Plutôt mesquin.

Mais non, ce n’est pas la poli­tique de la maison. OceanWP vous permet, dès son acti­va­tion, une confi­gu­ra­tion rapide, en deux étapes :

  • tout d’abord, il vous propose des modèles pour instal­ler une démo
Choix des démos
Choix des démos

Mais vous pouvez aussi ne pas impor­ter de démo, garder la confi­gu­ra­tion d’ori­gine, pour tout para­mé­trer vous-même ulté­rieu­re­ment, et passer à la seconde étape :

  • la person­na­li­sa­tion du thème et du site
Personnalisation d’OceanWP

Là, vous avez déjà fait le strict mini­mum pour person­na­li­ser votre site. Avec la grande majo­rité des thèmes gratuits propo­sés dans le dépôt WordPress, vous avez fini. Mais pas avec OceanWP, qui n’a pas lésiné sur…

Les options de personnalisation intégrées au thème

Options de personnalisation d'OceanWP
Options de person­na­li­sa­tion d’OceanWP

Sans même rajou­ter la moindre exten­sion, OceanWP permet de confi­gu­rer fine­ment l’ap­pa­rence de votre site. Les options dispo­nibles via l’ou­til de person­na­li­sa­tion inté­gré à WordPress ne manquent pas, même si tout n’est pas vrai­ment intui­tif.

J’ai long­temps cher­ché certaines options, pour fina­le­ment les décou­vrir (ou les retrou­ver) là où je ne les atten­dais pas vrai­ment. Mais l’es­sen­tiel, c’est de les avoir à dispo­si­tion 😉

Vous pouvez donc person­na­li­ser, au fil des dix onglets dispo­nibles (je ne compte pas l’on­glet donnant accès aux modules payants) :

  • l’ap­pa­rence géné­rale – c’est par là que vous devriez commen­cer, pour défi­nir le design de votre site, des formu­laires, des boutons, pour défi­nir aussi la pagi­na­tion, la page d’er­reur 404, l’af­fi­chage du fil d’Ariane, pour (éven­tuel­le­ment) ajou­ter et person­na­li­ser un bouton de retour en haut de page…
  • la barre supé­rieure, au-dessus de l’en-tête. Cette zone (si vous choi­sis­sez de l’uti­li­ser) dispa­raît lors du défi­le­ment, mais permet un complé­ment d’af­fi­chage.
  • l’en-tête juste­ment, confi­gu­rable en long, en large et en travers (le média d’en-tête, le logo, le menu, le type de menu, le menu social, le menu mobile…). À noter que l’en-tête peut être hori­zon­tale ou verti­cale, avec le logo et le menu dans une barre laté­rale.
  • La typo­gra­phie (si vous voulez vrai­ment tout person­na­li­ser, vous en avez pour un bout de temps) avec tout un ensemble d’on­glets pour régler élément par élément (22 onglets pour gérer de manière globale, puis le corps de page, puis les titres… pour finir avec le pied de page)
  • le blog – les archives et les articles (la page d’af­fi­chage pour un article, comme celle-ci) ont leurs propres réglages de mise en page
  • la colonne ou barre laté­rale (en anglais side­bar)
  • les modules (en anglais widgets) du pied de page. À noter que même si le thème propose par défaut un pied de page fixe, cette option semble inac­tive dans la version gratuite du thème.
  • les CSS et le javas­cript (cet onglet remplace l’on­glet CSS addi­tion­nel proposé par défaut par WordPress)
  • et fina­le­ment, le bas du pied de page (habi­tuel­le­ment, le copy­right et éven­tuel­le­ment un lien vers les condi­tions géné­rales d’uti­li­sa­tion ou les mentions légales du site)

C’est un peu le fouillis dans les options de l’ou­til de person­na­li­sa­tion. Pour y remé­dier, c’est simple, instal­lez l’ex­ten­sion Customizer Search et faites une recherche par mot clé. Vous gagne­rez en produc­ti­vité, jusqu’au moment où à force d’uti­li­sa­tion, vous n’en aurez plus besoin.

Et OceanWP propose bien plus encore, il propose…

Des options de personnalisation accessibles via des extensions gratuites

Vous les trou­ve­rez dans le dépôt WordPress, en cher­chant oceanwp dans les exten­sions.

Voici les plus utiles pour person­na­li­ser votre thème :

Pour activer / désactiver certaines fonctionnalités du thème

Ocean Extra est proposé dès l’ac­ti­va­tion du thème, en même temps qu’Elementor et que WP Forms Lite.

Une nouvelle entrée avec des sous-menus appa­raît dans le menu laté­ral gauche de l’ad­mi­nis­tra­tion WordPress, Theme Panel.

Un clic sur Theme Panel et vous accé­de­rez au panneau de confi­gu­ra­tion du thème lui-même, pour acti­ver (ou désac­ti­ver) des pans entiers de l’ou­til de person­na­li­sa­tion de WordPress, en fonc­tion de vos besoins.

Grâce à cette exten­sion, vous pouvez gérer une bonne cinquan­taine d’op­tions de person­na­li­sa­tion, sans même passer par l’ou­til de person­na­li­sa­tion. Plutôt inté­res­sant pour une confi­gu­ra­tion rapide.

Vous pouvez par exemple amélio­rer la vitesse de char­ge­ment de votre site en acti­vant ou en désac­ti­vant tous les scripts et styles dont vous n’avez pas besoin sur votre site, en allant dans Theme Panel >Scripts & styles via le menu laté­ral d’ad­mi­nis­tra­tion de WordPress.

Activer / désactiver les scripts & styles d'OceanWP
Activer / désac­ti­ver les scripts & styles d’OceanWP

Ocean Extra permet aussi d’im­por­ter une confi­gu­ra­tion complète, ou de l’ex­por­ter, en un clic.

Enfin, Ocean Extra auto­rise une gestion fine de l’ap­pa­rence de chaque page ou article, via un panneau de réglage présent en-dessous de la zone de saisie du contenu.

Réglages personnalisés d'un article
Réglages person­na­li­sés d’un article

Vous avez ci-dessus la capture d’écran pour un article, pour une page vous aurez les mêmes possi­bi­li­tés de réglages, hormis les options concer­nant les articles.

Autant dire que c’est vrai­ment l’ex­ten­sion indis­pen­sable, même si OceanWP fonc­tionne très bien sans – en fait, c’est vous qui fonc­tion­ne­rez mieux avec que sans 😉

Pour un menu statique

Vous voulez un menu statique en haut de page ? Il existe bien une exten­sion dans le Core Extensions Bundle proposé par OceanWP, mais il existe aussi une exten­sion dédiée, gratuite, dans le dépôt WordPress : Oceanwp sticky header. Elle n’est pas marquée compa­tible avec avec WordPress 5, mais dans les faits, elle fonc­tionne, même si elle ne permet pas de régler aussi fine­ment l’af­fi­chage du menu.

Pour rendre une barre latérale statique

De nombreux sites disposent d’une barre laté­rale (side­bar) statique. C’est à dire que lorsque vous faites défi­ler votre page, le contenu et la barre laté­rale descendent, puis, en fonc­tion de la posi­tion dans la page, la barre laté­rale reste un temps fixe, tandis que le contenu conti­nue à défi­ler. Avant de réajus­ter sa posi­tion quand vous arri­vez en fin de course.

Cette dispo­si­tion a ses avan­tages, dont la persis­tance des éléments que vous mettez dans votre barre laté­rale, visibles en perma­nence. Par exemple un module d’ins­crip­tion à la lettre d’in­for­ma­tion. Ou les liens vers vos réseaux sociaux. Je l’ai un temps utilisé sur mes pages de services pour que les heures d’ou­ver­tures et mes coor­don­nées restent visibles, et que le mini formu­laire de contact soit toujours acces­sible.

Vous voulez vous aussi instal­ler cette fonc­tion­na­lité sur votre site ? Pas de problème, Stick Anything, déve­lop­pée par OceanWP, permet de fixer l’im­porte quel sélec­teur CSS.

Pour partager via les réseaux sociaux

Pour inté­grer les réseaux sociaux sur votre blog, l’ex­ten­sion Ocean Social Sharing fera des merveilles. Il n’y a pas un thème, mais des thèmes confi­gu­rables, voici un aperçu de ce que vous pouvez obte­nir :

Ocean Social

De quoi satis­faire les plus exigeants ! Et si vous vous perdez dans l’ou­til de person­na­li­sa­tion, en acti­vant Ocean Extra, vous pour­rez person­na­li­ser l’ou­til de person­na­li­sa­tion.

Et au-delà des exten­sions gratuites, il y a…

Les extensions payantes pour pousser plus loin la personnalisation

En fait, vous trou­ve­rez toutes les exten­sions (gratuites et payantes) sur la page dédiée aux exten­sions.

Parmi les exten­sions payantes les plus inté­res­santes, j’ai noté :

Elementor Widgets

Plus de 50 modules dispo­nibles, pour une mise en page réglée au pixel près (surtout avec les nouvelles possi­bi­li­tés de gestion de la flot­ta­bi­lité d’Elementor), avec mention d’un déve­lop­peur fran­çais connu de la commu­nauté fran­çaise des utili­sa­teurs d’OceanWP sur Facebook : Bruno Tritsch qui a apporté son exper­tise pour la mise au point du module Advanced Custom Field.

Instagram

Je n’uti­lise ni Instagram ni Pinterest (la bonne fée des artistes ne s’est pas penchée sur mon berceau, je ne vais pas vous faire cauche­mar­der avec mes « créa­tions » 😄) mais j’en connais plus ou moins le fonc­tion­ne­ment et je suis conscient de leur utilité pour les entre­prises, et pour certains blogs où les visuels sont primor­diaux (comme les blogs life­style ou les blogs de voyage, par exemple).

Grâce à cette exten­sion, vous pour­rez person­na­li­ser l’af­fi­chage de votre flux Instagram, mais aussi affi­cher votre bio (votre bio Instagram, bien sûr).

Footer Callout

Tout en bas, ce n’est peut-être pas l’emplacement phare, mais si le lecteur est arrivé ici, c’est que votre page l’a inté­ressé.

Les exten­sions Footer Callout et Sticky Footer

Le posi­tion­ne­ment est donc idéal pour un dernier rappel. En 1 vous avez votre message et le bouton d’ac­tion, en 2 et 3 nous avons l’ex­ten­sion suivante…

Sticky Footer

Un pied de page inamo­vible et refer­mable, c’est loin d’être un gadget : d’une, vous pouvez y mettre une info essen­tielle, et de deux, vous gagnez de l’es­pace pour des éléments qui n’ont pas besoin d’être affi­chés en perma­nence, mais qui n’en sont pas moins utiles voire indis­pen­sables.

Un clic sur le chevron de gauche (2) ouvre le pied de page pour affi­cher vos widgets, un clic sur le chevron de droite (3) vous fait remon­ter en haut de page.

Side Panel

Certains appellent cette fonc­tion­na­lité off canvas. Deux noms pour un même concept : des barres laté­rales cachées, avec un bouton ou un lien pour les faire appa­raître. À l’ins­tar du menu de pied de page, ces sections servent à affi­cher un complé­ment d’in­for­ma­tion.

Ces quatre exten­sions ne sont qu’un échan­tillon des fonc­tion­na­li­tés que vous ajou­tez à OceanWP en payant. Il y en a bien plus, mais ces quatre justi­fient à elles seules l’achat du Core Bundle.

Ocean Hooks

Un hook (litté­ra­le­ment, un crochet) est une action pour modi­fier le compor­te­ment de WordPress, ou dans le cas présent, du thème.

La gestion des hooks dans OceanWP passe par la biblio­thèque des modèles : vous créez un nouveau modèle via Theme Panel > Bibliothèque, vous vous rendez dans OceanWP Réglages, en dessous de la zone de saisie, vous cliquez sur Hooks et vous pouvez ajou­ter votre action person­na­li­sée.

Hooks OceanWP
Hooks OceanWP

Vous commen­cez par acti­ver les hooks dans le modèle, vous choi­sis­sez la loca­li­sa­tion, la prio­rité (n’y touchez pas avant d’avoir testé : si votre hook n’apparaît pas ou a un compor­te­ment inap­pro­prié, testez diffé­rentes valeurs), les pages où acti­ver votre hook, ainsi que les desti­na­taires (vous pouvez ajou­ter un message visible par une caté­go­rie parti­cu­lière d’uti­li­sa­teurs).

Vous pouvez même utili­ser du code PHP dans vos hooks, mais à moins que vous soyez un déve­lop­peur averti, je ne vous le recom­mande pas.

Ce n’est pas confi­gu­rable à l’in­fini, mais si vous avez besoin d’al­ler plus loin que ce que le thème vous permet via l’ex­ten­sion, rien ne vous empêche de créer votre propre hook et de le mettre en place via Code Snippets.

Voila pour OceanWP, mais ce thème n’au­rait pas une telle popu­la­rité sans sa compa­ti­bi­lité avec les construc­teurs de pages, que ce soit avec Elementor, ou même avec Gutenberg avec lequel vous pour­rez déjà créer des mises en page dont vous n’au­riez pas même rêvé il y a quelques années – ou que vous n’au­riez pas pu réali­ser avec la rapi­dité et la faci­lité qui sont aujourd’­hui de mise avec cet éditeur pour­tant mal aimé.

Voyons donc l’in­té­gra­tion de ces deux modules dans le thème, et commen­çons par…

L’intégration de Gutenberg dans OceanWP

Vous n’ai­mez pas Gutenberg. Enfin, vous ne l’ai­mez peut-être pas. Mais c’est l’ave­nir de WordPress, et à un moment ou un autre, il vous faudra bien vous y mettre, ou chan­ger de CMS.

J’y ai moi-même pensé, mais il y a telle­ment de posi­tif dans WordPress que fina­le­ment, l’édi­teur… en fait je m’y suis fait et je ne revien­drais en arrière pour rien au monde.

Bref… les premières versions d’OceanWP n’étaient pas prévues pour cet éditeur, mais son éditeur l’a fait évoluer au fil du temps et des versions.

Et pour rédi­ger un article, Gutenberg fait son boulot. Si vous avez besoin d’étendre les fonc­tion­na­li­tés natives de l’édi­teur, vous trou­ve­rez des exten­sions WordPress pour les blocs.

Quant à créer une page avec Gutenberg, ce n’est pas non plus mission impos­sible : toutes les pages de votre site ne néces­sitent peut-être pas une mise en page complexe. Sur ce site par exemple (je n’ai pas choisi OceanWP pour l’ha­biller, mais Astra, un autre thème gratuit très complet), autant j’ai créé la page d’ac­cueil avec Elementor, autant la page de contact n’a pas eu besoin d’un vrai construc­teur de page : Gutenberg et ses blocs ont ample­ment suffit.

Et certaines exten­sions, comme Visual Portfolio pour les port­fo­lios et les gale­ries, ou Ultimate Addons for Gutenberg, dont je vous ai déjà parlé dans l’ar­ticle Astra, le thème ultime pour WordPress, permettent de créer des pages bluf­fantes.

Tout dépend bien sûr de vos besoins. Quoi qu’il en soit, pour les mises en page plus complexes, OceanWP nous a gâtés avec…

L’intégration d’Elementor dans OceanWP

Elementor n’est pas le seul construc­teur de page que vous pour­rez utili­ser avec OceanWP, mais c’est celui pour lequel l’intégration est la plus pous­sée, et pour lequel vous trou­ve­rez le plus de ressources, gratuites et payantes.

Avant d’uti­li­ser Elementor avec OceanWP, je vous conseille de passer par les réglages d’Elementor (Elementor > Réglages dans le menu laté­ral de l’ad­mi­nis­tra­tion), de défi­nir les types de conte­nus éditables avec Elementor, et de cocher les deux options suivantes (Désactiver les couleurs par défaut et Désactiver les polices par défaut) pour que vos pages profitent de vos choix quant aux couleurs et quant à la typo­gra­phie.

Réglages d'Elementor
Réglages d’Elementor

Nous l’avons vu précé­dem­ment, l’équipe derrière le thème a égale­ment sorti une exten­sion, Elementor Widgets, avec une cinquan­taine de modules à rajou­ter aux modules natifs d’Elementor. Vous pouvez les visua­li­ser sur la page de démo de cette exten­sion.

Pour être honnête, ces widgets valent par leur qualité ceux que vous trou­ve­rez dans d’autres exten­sions payantes pour Elementor. Bien sûr, tous les besoins ne sont pas couverts, mais il y a déjà de quoi faire.

Quatre de ces modules sont dédiés à WooCommerce, et cinq d’entre eux permettent d’in­té­grer un formu­laire (avec Gravity Forms, Contact Form 7, WPForms, Caldera Forms ou Ninja Forms) : vous ne les utili­se­rez pas tous sur le même site, en prin­cipe. Si vous utili­sez une autre exten­sion pour les formu­laires, vous pour­rez toujours utili­ser les codes courts pour insé­rer un formu­laire.

Si vous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) prendre une exten­sion payante, vous trou­ve­rez des dizaines d’ex­ten­sions gratuites pour étendre Elementor dans le dépôt WordPress, mais toutes ne sont pas de qualité égale.

J’ai récem­ment eu l’oc­ca­sion d’uti­li­ser HT Mega et ses quelques 80 modules. Globalement inté­res­sante, cette exten­sion présente toute­fois quelques incom­pa­ti­bi­li­tés avec d’autres exten­sions, dont Visual Portfolio, et avec OceanWP. Tout dépend des modules que vous acti­ve­rez. À tester avant d’adop­ter, donc.

Voilà l’es­sen­tiel d’OceanWP. Mais cet article ne serait pas complet s’il ne mention­nait pas…

La documentation

Dans ce domaine aussi, OceanWP nous gâte. Enfin, ceux qui comprennent l’an­glais. Vous trou­ve­rez toute la doc offi­cielle sur le site de l’édi­teur.

Et il y en a pour tous, du débu­tant au déve­lop­peur qui n’a pas peur de mettre les mains dans le code.

Les exten­sions ne sont pas oubliées, elles ont leur propre section dans la docu­men­ta­tion.

Et pour finir, vous trou­ve­rez égale­ment une FAQ, mais elle est axée sur l’achat, le renou­vel­le­ment, l’ac­ti­va­tion des licences. Trivial, mais utile 😐

Le bilan

OceanWP mérite-t-il les louanges dithy­ram­biques que l’on entend à propos de lui ? On n’est pas dans du « parfait », mais on s’en rapproche.

Points forts

  • très léger
  • confi­gu­ra­tion pous­sée de chaque élément du thème
  • exten­sible via des exten­sions gratuites
  • excel­lente inté­gra­tion des construc­teurs de page phare
  • bien docu­menté
  • support natif de WooCommerce (même fans la version gratuite)
  • la plupart des besoins sont couverts par la version gratuite / des exten­sions gratuites

Points faibles

  • la pléthore de fonc­tion­na­li­tés propo­sées via l’ou­til de person­na­li­sa­tion fait que l’on peut vite se perdre dans les onglets

Astra ou OceanWP ?

Quand on fait le bilan de ces deux thèmes, on s’aper­çoit qu’ils ont en commun la note obte­nue dans le dépôt WordPress, et leur empreinte mini­male.

Ce sont des thèmes géné­ra­listes, confi­gu­rables – même si Astra va bien moins loin dans les options de confi­gu­ra­tion.

OceanWP propose bien plus de fonc­tion­na­li­tés dans sa version gratuite, et sa licence, même si elle est (légè­re­ment) contrai­gnante, est moins chère que la licence Astra, pour un site. Et il n’y a qu’un type de licence, qui comprend un set de plus de 50 modèles de sites – l’équi­valent, pour Astra, impose de prendre la licence Mini Agency Bundle, et le prix s’en ressent, on est à 169$ contre 129$ grand maxi­mum chez OceanWP (en licence illi­mi­tée, sans réduc­tion).

Et quoi qu’il en soit, 129$ / an (519$ à vie) hors TVA pour un usage illi­mité, ce n’est pas la fin du monde. Les free­lances et les agences web n’au­ront pas de mal à inté­grer un très léger supplé­ment de prix dans la pres­ta­tion. Surtout en profi­tant de la réduc­tion de 25% que je vous propose en fin d’ar­ticle.

Pour les utili­sa­teurs d’Elementor, les deux thèmes proposent un pack compre­nant un set de modules complé­men­taires pour ce construc­teur de pages. À nouveau, pour béné­fi­cier de ce set avec Astra, il faut prendre a minima le Mini Agency Bundle.

Ceux qui utilisent Beaver Builder pour­ront préfé­rer Astra qui permet d’avoir un pack avec les modules pour ce constructeur-ci.

Une des diffé­rences majeures, à mon sens, entre Astra et OceanWP, et qui peut faire préfé­rer Astra dans certains cas de figures, est le support de Easy Digital Downloads, de LearnDash et de LifterCMS avec l’achat de l’ex­ten­sion Astra Pro. Si vous utili­sez ou voulez utili­ser l’une de ces trois exten­sions, la ques­tion du choix ne se pose plus vrai­ment.

Si vous n’uti­li­sez ni Elementor, ni Beaver Builder (il y a d’autres construc­teurs de pages de très bonne facture), vous pour­rez quand même exploi­ter tout le poten­tiel de ces deux thèmes, les modules complé­men­taires n’ap­por­tant pas de nouvelles fonc­tion­na­li­tés mais des modèles de blocs ou de pages.

Le choix s’ef­fec­tuera après avoir testé la version gratuite, après avoir pesé le pour et le contre de chaque solu­tion, et en fonc­tion des projets – avec un bémol : vous serez plus produc­tif avec un outil qui vous convient, bien plus qu’a­vec un outil plus puis­sant mais avec lequel vous n’êtes pas à l’aise.

Le mot de la fin

Contrairement à l’un des thèmes phare du marché (est-il besoin de le nommer ?), un site habillé par OceanWP a sa person­na­lité propre, il ne ressemble pas à… un site habillé avec OceanWP.

Peut-être parce qu’il est moins orienté débu­tant, moins plébis­cité, mais surtout parce que ses fonc­tion­na­li­tés en font une redou­table machine à person­na­li­sa­tion.

Et ses utili­sa­teurs le lui rendent bien : ils l’uti­lisent bien sûr, ils le plébis­citent, et ils lui attri­buent quasi inva­ria­ble­ment la note maxi­male ( 2025 pour un total de 2052 votes fin mars 2019). Pour vous donner une idée, Twenty Seventeen, avec plus d’un million d’ins­tal­la­tions actives, obtient la note hono­rable de 4.5, mais n’a que 102 revues et notes à ce jour.

C’est en quelque sorte la rançon de l’ex­cel­lence. Vous pouvez avoir moins bien, mais ce sera plus lent, plus laid et plus cher 😀

Pour beau­coup plus cher, parce que voila, chose promise, chose due, voici le code pour obte­nir une réduc­tion de 25% sur le pack Core Extensions Bundle : BUNDLE25 (c’est terrible, Extensions et pas Plugins, on pour­rait aller jusqu’à penser que l’équipe derrière OceanWP est fran­çaise… ce n’est pas faux, le créa­teur du thème, Nicolas, est bien fran­çais).

Vous allez créer ou reloo­ker votre site ? Vous ne pouvez pas passer à côté d’OceanWP – ou plutôt, du trio OceanWP / Elementor / Gutenberg. Et honnê­te­ment, si vous ne créez pas un site unique avec OceanWP, c’est vrai­ment que vous le faites exprès 😐

Un seul risque, c’est l’adop­ter et même y reve­nir, si vous avez une batte­rie de sites à créer ou à mettre au goût du jour.

Et vous, avez-vous testé et adopté OceanWP pour habiller vos sites ? Faites-nous part de votre expé­rience dans les commen­taires…

Certains liens de cet article sont des liens affi­liés ; c’est à dire que si vous ache­tez en suivant un des liens de cet article, vous ne paie­rez pas plus cher, et moi je touche­rai éven­tuel­le­ment une petite commis­sion.

2 réflexions sur “OceanWP, Elementor et Gutenberg - un trio de choc”

  1. Bonjour,
    Ça parait allé­chant… mais y’a un truc qui me chif­fonne…
    J’utilise DIVI qui m’avait été vanté comme très simple super… et je galère avec ça.
    Du coup je recherche quelque chose de plus simple mais je vois que c’est supposé marcher avec Elementor qu’on m’avait vanté aussi… Je suis allé voir et ça m’a paru être jumeau de DIVI…
    Bref, est-il possible de faire un site faci­le­ment sans construc­teur de page ?
    En l’occurrence, OceanWP peut-il se suffire à lui-même pour faire quelque chose de plus qu’ho­no­rable et est-ce vrai­ment acces­sible à quel­qu’un qui fait de l’ur­ti­caire dès qu’il s’agit de mettre les mains dans le cambouis ?
    Si c’est le cas, je me demande aussi s’il permet de mettre une zone de capture d’email en haut sur la largeur du site (genre hello bar)…
    Quoi qu’il en soit, merci pour cet article… même si j’ai cru comprendre que vous n’êtes pas sous de thème… 😉
    Cordialement

    1. Bonsoir André, quel que soit le construc­teur de page, il y aura toujours une phase d’ap­pren­tis­sage. Divi est certes plus lourd à utili­ser qu’Elementor, mais on n’a rien sans rien – le rendu visuel parle de lui-même, que l’on utilise l’un ou l’autre d’ailleurs.

      OceanWP, ou tout autre thème bien construit (Astra, Suki, Zita, Neve…) permet de construire des pages abou­ties sans construc­teur dédié, en utili­sant Gutenberg et les modules complé­men­taires que vous trou­ve­rez dans le dépôt WordPress. Mais là aussi, il va falloir passer par une phase d’ap­pren­tis­sage.

      La zone de capture s’email peut être obte­nue en utili­sant une exten­sion WordPress, cher­chez « call to action bar » dans le dépôt WordPress, vous devriez y trou­ver votre bonheur.

      Par contre, pouvez-vous m’ex­pli­quer ce que vous voulez dire par « vous n’êtes pas sous de thème » ?

Répondre à Pascal CESCATO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la
newsletter

Pour être informé à chaque fois que je publie un nouvel article.

Merci !

Quelque chose c'est mal passé…

Retour haut de page

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :